Apprenons ensemble à maîtriser, votre reflex en vidéo

Debutant, Tuto Video

La vitesse d’obturation

 

 

En plus de l’ouverture/fermeture du diaphragme et de la sensibilité ISO, un autre outil peut être utilisé pour gérer correctement l’exposition de l’image captée. Il s’agit de la vitesse d’obturation, c’est l’objet de l’article que je vous présente aujourd’hui.

 

 

 

Définition de la vitesse d’obturation

 

Pour une explication simple , je vais exposer les choses étape par étape.

Tout d’abord, l’obturateur est un mécanisme présent dans l’appareil qui permet de laisser rentrer la lumière sur le capteur pendant une période donnée.

Il a une forme de demi-cercle, et se place devant le capteur.

Il est en rotation pendant toute la durée de l’enregistrement vidéo. Il régule donc tout simplement la quantité de lumière récupérée par le capteur.

 Moviecam_schematic_animation

Quand j’augmente la vitesse d’obturation, j’accélère la vitesse de rotation de l’obturateur devant le capteur. Le capteur reçoit alors moins de lumière. Ainsi plus la vitesse d’obturation est élevée, plus le temps d’exposition à la lumière est diminué.

 

 

Pour illustrer cela, choisissons l’exemple des rideaux. Sur une période d’une journée, si ceux-ci ne sont fermés et ouverts que deux fois, une assez grande quantité de lumière aura donc pu rentrer dans la pièce. Imaginez maintenant que, toujours sur une journée, ceux-ci sont fermés et ouverts une trentaine de fois ! Dans ce cas, beaucoup moins de lumière rentrera dans la pièce.

 

 

J’ai volontairement simplifié le mécanisme, mais cela représente bien le cas de la vitesse d’obturation. Plus l’intervalle de temps est grande entre deux fermetures de l’obturateur (donc une vitesse d’action plus lente), plus grande sera la quantité de lumière récupérée par le capteur .

 

La vitesse d'obturation

Un peu d’histoire…

Maintenant, pour comprendre les différentes échelles de valeurs de la vitesse d’obturation, il nous faut remonter au temps de la vidéo sur pellicule.

Sur les premières caméras à pellicule, leur vitesse d’enregistrement était plutôt lente : au début elle étaient de 10 images par seconde. Puis elle a rapidement évolué à 16 puis 18, et enfin 24 (qui se trouve être le standard cinéma d’aujourd’hui car c’est à partir de ce nombre que l’oeil humain peut voir un film avec une bonne fluidité).

 

La théorie :

C’est la ou ça se corse. Vous comprendrez donc qu’en une seconde, la lumière est censée être captée 24 fois sur 1 image et bloquée par l’obturateur le même nombre de fois. Imaginez par exemple un pendule qui va se balancer 24 fois devant un objet en 1 seconde, l’objet sera alors visible 24 fois, et autant de temps caché par le pendule. Dans ce cas, l’obturateur est actif 24 fois en une seconde, soit une vitesse d’obturation de 1/24.
Or ce n’était pas le cas ! Car si l’obturateur couvre la totalité de l’image 24 fois en une seconde, on aura un problème de fluidité, de lecture, ainsi que de lumière (car une seule image serait captée trop longtemps).

Pour éviter ce problème, il faut simplement que l’obturateur, au lieu de bloquer totalement la lumière sur le capteur 24 fois en une seconde, ne la bloque qu’à moitié. C’est ainsi qu’un obturateur, sur tous les reflex et même toutes les caméras, a la forme d’un demi-cercle à 180°.
Chaque image captée sera donc cachée deux fois, mais qu’à moitié par l’obturateur ! Cela nous donne un résultat plus fluide, moins lumineux et plus net.

 

Donc, pour un film de 1 seconde composé de 24 images, chaque image est cachées 2 fois à moitié par l’obturateur.

Il faut donc 2 rotations de l’obturateur pour composer une image. Donc pour avoir 24 images/seconde, il nous faudra 48 rotations de l’obturateur. On choisira donc une valeur de vitesse d’obturation a de 1/48.

Le souci c’est que sur nos boîtier reflex nous n’avons cette valeur de 1/48 donc nous allons prendre la valeur qui s’en rapproche le plus, la valeur 1/50.

 

Aujourd’hui cette valeur peut être variable sur beaucoup d’appareils notamment sur vos reflex. Si en photo elle peut être très basse, en vidéo, elle est en général limitée à 1/30 au minimum et peut monter jusqu’à 1/4000 !

 

Comment s’en servir aujourd’hui ?

Voyons maintenant et concrètement comment la vitesse d’obturation va jouer sur la qualité de nos images en vidéo.

On peut tout d’abord résumer la chose suivante : la valeur de la vitesse d’obturation agit sur deux paramètres, l’exposition et la netteté.

En effet, nous avons vu que plus la vitesse d’obturation est élevée, plus le temps d’exposition à la lumière  sera court.
Ce qui implique que nos images seront « découpées » plus vite  par l’obturateur.
Ainsi, plus sa valeur sera élevée, plus les images seront sombres et nettes (particulièrement visible lors de mouvements). Pour pâlir au manque de lumière vous pouvez soit ouvrir votre diaphragme ou augmenter les iso.

A l’inverse, plus cette vitesse est basse, moins l’image sera obstruée par l’obturateur, et donc plus le capteur sera exposé à la lumière. Nous auront donc une image plus lumineuse, plus fluide mais moins nettes.
Prenons l’exemple en général dans la vidéo, la valeur 1/50, nous auront une grande quantité de lumière captée, avec des images plus floues (le terme utilisé dans ce cas est le « flou de bouger », ou « motion blur »).En revanche, avec une vitesse d’obturation beaucoup élevée, comme 1/4000, l’obturateur, très actif devant le capteur, bloquera une grande partie de la lumière sur le capteur donc nous aurons une image moins exposée et plus nette.

 

Conclusion :

L’utilisation de la vitesse d’obturation doit donc être adaptée à différentes situations. Si vous voulez capter un sujet fixe dans une luminosité assez basse, vous pouvez tout à fait vous permettre de baisser votre vitesse d’obturation.

En revanche, si vous choisissez de filmer un sujet en mouvement dans un endroit suffisamment exposé, n’hésitez pas à augmenter la valeur de votre vitesse (quitte à augmenter l’ouverture de votre diaphragme) pour obtenir une image d’un mouvement plus net !
Attention dans cette configuration vous perdez le côté cinéma de votre image. Dû à une vitesse trop importante et un manque de flou de bougé.


2 thoughts on “La vitesse d’obturation
  • avyperez dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette vidéo.
    Que se passe t’il si on baisse la vitesse d’obturation moins que 1/50, exemple d’une seconde ?
    D’autre part, il m’arrive parfois dans un endroit exposé, ou je diminue l’ouverture au minimum, (1.8), iso 100 et vitesse d’obturation 1/30 :
    Avant d’appuyer sur le bouton REC, j’ai un piqué extraordinaire .
    Aprés avoir appuyé sur REC, le piquet est bcp bcp moins important …
    Comment cela se fait ?

    Merci d’avance pour tes réponses.

    • objectifcineaste dit :

      Pour ta 1er question tu accentue l’effet blur de ta vidéo !
      Pour le 2e l’écran et trompeur sur le rendu, la cause et la résolution de l’écran, le résulta final tu le vois seulement lors de la post-prod devant ton ordi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *